RSA conditionné à du travail : quel est le sens de tout ça ?

Publié le 23 septembre 2023, par Emmanuel Fernandes

Assemblée

Le gouvernement veut faure passer la loi la plus anti-sociale de ces trente dernières années, une chose que même Sarkozy n’aurait pas osé faire : donner le RSA (minimum vital quand on n’as plus rien) en échange de 15 heures de travail. Mais dans ce cas, pourquoi ne pas donner directement un travail aux bénéficiaires du RSA ?

La réponse est simple : c’est impossible. Il y a en France 6 millions de demandeurs d’emplois, 2 millions de bénéficiaires du RSA et seulement 300 000 emplois disponibles. Il n’y a tout simplement PAS de travail pour tout le monde dans notre pays, et c’est sur cet axe qu’il faut impérativement et prioritairement travailler. Créer plus d’emplois, c’est permettre de sortir des millions de personnes de la précarité.

Car ne nous leurrons pas : vivre avec le RSA, c’est vivre avec 550€ par mois. Ce n’est pas une vie souhaitable ni enviable. Mais ce minimum reste un matelas essentiel à préserver pour éviter que les personnes en grande précarité ne sombre dans le dénuement total. Une personne sur deux en France ne mange pas à sa faim, en conditionnalisant le RSA, la situation va devenir mortifère.

Etant donné la quantité d’emplois disponibles en France, cela implique que nous allons retirer le RSA à plus d’un million et demi de nos concitoyens, tout ça pour faire des économies qui seront redistribuées aux grandes entreprises en exonérations de taxes. C’est une honte, et croire que cet argent supplémentaire sera utilisé pour créer de nouveaux emplois est un mirage : l’argent servira simplement à augmenter les marges des grandes entreprises qui finiront en dividendes, dans les poches déjà bien pleines des actionnaires.

Pire encore, nous allons jeter sur le marché de l’emploi de personnes qui travailleront pour 8€ nets de l’heure, soit moins que le SMIC actuel. Nous allons donc mettre en concurrence des personnes qui vivent avec le salaire minimum, qui est déjà insuffisant, avec des personnes qui vivront sous le seuil de pauvreté ! La précarisation du peuple est plus que jamais En Marche, nous nous opposons frontalement à cette folie !

Articles similaires

Strasbourg, terre antifasciste

Circonscription
Emmanuel Macron a décidé de jouer au pompier pyromane. En décidant de dissoudre l’assemblée nationale, il a ouvert la porte du pouvoir à l’extrême droite, au fascisme, à la haine. La gauche a l’obligation de s’unir pour éviter ce péril, qui serait dramatique pour l’avenir de la démocratie et des libertés dans notre pays. Le […]
Lire la suite

Une Agora pour parler de fin de vie

Assemblée
En tant que membre de la commission sur le projet de loi sur la fin de vie, j’ai décidé d’organiser des échanges avec les habitants d’Illkirch pour échanger et me nourrir de leur réflexions. Ce sujet, à la fois intime, philosophique et universel, traverse les positions partisanes et ouvre le questionnement sur la souffrance, l’accompagnement […]
Lire la suite

Semaine de commission fin de vie

Assemblée
Je siège dans la commission qui est chargée de travailler sur le projet de loi fin de vie. Concrètement, il s’agit de déterminer dans quelle mesure nous pouvons ouvrir le droit à chacun de mourir librement, afin d’éviter les souffrances. Le texte, proposé par le gouvernement et que vous pouvez retrouver en cliquant ici, présente […]
Lire la suite